C’est l’automne et tout va presque bien

Retour sur les dernières peines et réjouissances du blog bikinvalais.ch

Voilà, c’est l’automne, peut-être ma période préférée pour faire du vélo, même si chaque saison a ses indéniables charmes.

Après avoir parfois beaucoup roulé durant l’été, en automne on est encore en forme, mais la pression des courses (pour qui y participe) n’est plus là (sauf à faire du cyclocross, mais même dans ce cas les contraintes d’une course d’une heure au plus ne sont pas les même que pour un marathon à VTT ou sur route).

On est en forme donc, l’air est plus frais, le soleil souvent présent en Valais, les couleurs de la nature superbes et les rendez-vous empreints de convivialité assez nombreux pour passer de bons moments avec famille et amis.

La route des Berges du Rhône à Fully en passe d’être rouverte à la circulation après près de 6 mois de travaux.

Un automne qui débute aussi avec la bonne nouvelle de la naissance de vélo vs, l’association faîtière des organisations « vélo » du canton. Le vélo « bouge » en Valais avec des manifestations qui se multiplient sur route, en VTT marathon, enduro, et en e-bike. Même le petit (trop?) du vélopartage est en pleine bourre en Valais.

Reste que la route est longue pour modifier l’environnement dans lequel les personnes à vélo évoluent au quotidien, qui devraient pouvoir circuler en papotant, petits ou grands. Quand on constate des dangers, des défauts, ou des incongruités sur notre chemin, on ne sait pas trop à qui d’adresser et les autorités se renvoient la balle. Pas simple.

Et l’on ne parle pas que des routes, la prise en charge des vélos dans les transports publics pouvant aussi être quelque peu ubuesque par moments.

Heureusement, le vélo reste un fabuleux vecteur de découvertes, partagées par d’autres comme le magazine Outdoor Go, de grande aventures et de petits bonheurs au quotidien. Des projets, comme celui de l’Eroica dont on se réjouit autant que les magnifiques et rudes chevauchées alpines, comme dans le massif de la Meije dont je me souviendrai longtemps.

Photo Bertrand Boone

Autant de sujets évoqués sur le blog et dont vous trouverez les liens ci-dessous, par ordre d’apparition dans le texte ci-dessus. ;-)

« Des gens agressifs sur vos routes »

Paroles de touristes en Valais

[Billet à paraître sur bikinvalais.ch bientôt. Mais ici d’abord, pour les abonnés à la newsletter]


« C’est nous ou les gens sont agressifs sur les routes par ici. On dirait presque qu’ils voudraient nous tuer... » Cette phrase a été prononcée par des Belges venus participer au 2e Tour des stations et elle en dit long sur l’accueil réservé aux cyclistes sur les routes valaisannes.

Peu importe que les locaux cohabitent tant bien que mal avec les monstres de tôle et leurs conducteurs parfois distraits, inconscients ou carrément agressifs, aujourd’hui le niveau de l’accueil touristique se mesure à celui de la concurrence étrangère, européenne et mondiale, qu’il s’agisse de l’hôtellerie, la restauration, l’ambiance générale ou sur la route pour ce qui est du vélo. Et dans ce domaine, en Valais, le niveau est clairement insuffisant. Pour plusieurs raisons: des lois inadaptées, une volonté politique absente et des infrastructures déficientes. Autant d’éléments dont découlent des comportements dangereux sur la route, au détriment des plus vulnérables évidemment.

Des lois inadaptées

En Suisse, les cyclistes ne sont en principe pas autorisés à circuler de front. Sauf s’ils sont plus de dix, ou qu’ils circulent sur un itinéraire cyclable sur une route secondaire, ou encore qu’ils sont nombreux.

Le problème étant que la plupart des autres usagers de la route pensent que les cyclistes n’ont jamais le droit de circuler de front. Et qu’il faut donc leur faire la leçon.

Ce problème est lié à un autre: la distance latérale à respecter lors d’un dépassement, qui est laissée à la libre appréciation du conducteur. Pour ce dernier il est évidemment plus facile de doubler, en le frôlant, un cycliste seul, que deux cyclistes de front, ce qui l’obliger à se déporter davantage. Un « avantage » qui diminue avec le nombre de cyclistes à doubler, disons 9 pour rester dans l’obligation de la file indienne. Une colonne qui mesure environ 30 mètres et dont le dépassement sera bien plus long que si les cyclistes circulaient de manière plus groupée.

Cet « avantage » est de toute manière annulé en respectant la distance latérale de 1,5 m, obligatoire dans bien des pays, préconisée par la Police cantonale valaisanne, mais que le Conseil fédéral refuse d’inscrire dans la loi sous prétexte que cela serait trop compliqué à contrôler, même si d’autres y arrivent très bien.

En Espagne, par exemple, un cycliste doit se dépasser comme s’il s’agissait d’une auto, donc en se portant sur la voie de circulation opposée. Une règle simple et efficace, respectée qui plus est, surtout dans les hauts lieux du tourisme « cycliste » comme Majorque, la Catalogne ou les Îles Canaries. Là, les cyclistes sont autorisés à circuler de front, les exceptions (endroits très étroits et sans visibilité par exemple) étant spécifiées sur le terrain par des panneaux ad hoc. Mais le panneau ci-dessous montre bien que deux vélos côte à côte, c’est OK.

Donc on double comme s’il s’agissait d’une auto, peu importe que le cycliste soit seul ou qu’ils soient plusieurs. A la file ou côte à côte, cela ne change rien.

D’ailleurs, vous êtes deux dans une auto, est-ce que vous vous asseyez l’un à côté de l’autre ou le passager prend-il place derrière le conducteur? A côté c’est plus facile pour discuter, non? A vélo c’est pareil. Et lorsque vous êtes seul en auto, est-ce que vous prenez moins de place sur la route (en plus de faire du bruit et de polluer)?

Une volonté politique absente

Chez nous, pour le Conseil fédéral, tout va bien. Pas besoin donc de fixer une distance latérale pour les dépassements ni de prendre des mesures pour améliorer la sécurité dans les giratoires, par exemple. Les automobiles sont toujours plus imposantes, les conducteurs distraits, pressés, parfois agressifs (bien aidés dans leur construction mentale par certains fabricants comme BMW et ses publicités effarantes). Mais la vie des cyclistes, écoliers, mères et pères de famille est laissée à leur libre appréciation.

Dans les cantons et communes, ce n’est guère mieux. Où sont les plans concrets en faveur des mobilités actives? Les liaisons piétonnes et cyclables entre villes et villages, les gares, les arrêts de bus, les écoles et les commerces? Où sont les budgets? On manque d’argent? Non, on en a encore trop lorsque l’on n’a « pas les moyens » d’investir dans ce qui coûte les moins ou lorsque l’on refait des aménagements inutiles à l’identique, comme ce trottoir qui ne mène à nulle part sur le pont entre Fully et Saxon. Ou qui permet d’entrer sur l’autoroute (à contresens) à pied…

Des infrastructures déficientes

« J’aimerais bien circuler à vélo, mais je n’ose pas aller sur la route », entend-on souvent et on peut le comprendre. Où sont les aménagements sûrs pour tout le monde? Comment sont entretenus les rares aménagements existants? Pourquoi servent-ils de dépôt à neige en hiver?

Lors des derniers pics de pollution, l’État a offert des bons de 20 francs pour faire découvrir les transports publics et peut-être inciter les gens à repenser leur mobilité. Mais que fait-il en amont pour ne pas décourager (ou encourager, allez, soyons fous) ceux qui tentent déjà de limiter l’utilisation de leur voiture?

Il y a bien quelques aménagements isolés qui relèvent le niveau, comme la piste cyclable entre Fully et Martigny ou celle promise pour bientôt entre Saillon et Saxon. Mais, à l’image d’une chaîne, un réseau cyclable est aussi bon que son maillon le plus faible, pas le plus fort.

Même les meilleurs aménagement sont négligés. Et on ne parle pas de l’hiver…

De plus, si mes enfants doivent risquer leur vie sur les berges du Rhône, où les autos ont le droit de circuler à 80 km/h, pour rejoindre Martigny via la piste cyclable, c’est nul, évidemment. Ou s’il faut faire un détour de plusieurs kilomètres pour être en sécurité, où sont le confort et l’attractivité pour une mobilité active? Jusqu’à présent, le vélo ne figurait pas dans les priorités de nos autorités et l’on peut juste espérer que cela change. Que le Conseil d’État valaisan revienne de son voyage à Copenhague avec de bonnes idées, et la volonté de les mettre en œuvre.

Nos chers amis belges ont bien vécu, ressenti et exprimé spontanément la situation actuelle sur les routes valaisannes. Certains automobilistes sont très agressifs. Et font du tort à tout un canton qui pourrait être le paradis cyclable vanté par la pub et les instances touristiques. Mais qui, pour l’instant, se voit plus beau que ce qu’il est vraiment.

A faire, à voir, à découvrir...

Un peu de technique, des courses, de la théorie, de la détente et du rêve.

Le beau temps semble s’installer en cette fin du mois de mai et vous incitera peut-être à sortir rouler plutôt qu’à passer du temps à lire.

Une newsletter brève et variée (j’espère) pour ne pas vous faire perdre de précieuses minutes d’entraînement ou de balade…

A faire: monter des pneus tubeless

«Post race, the team realized that Jakobsen actually got a puncture that was automatically sealed.»

C’était au tour de Californie, avec une victoire d’étape en pneus tubeless et des mécanos qui constatent que Jacobsen, le vainqueur en question, avait crevé en cours de route, mais que le liquide “préventif” avait colmaté le trou. Un gros avantage du pneu tubeless tout de même. Et un jour on pourra peut-être se passer des voitures?

Une victoire au niveau pro en pneus tubeless – Bikin’ Valais

Pour ma part, n’étant pas un routier au départ, je n’ai jamais pris la peine de monter des boyaux, mais suis passé au tubeless sur route depuis plusieurs années, en bricolant parfois des jantes “normales” pour pneus. Et je ne pense pas que je changerai de système de sitôt.

A faire: Leuker bike challenge

Il n’est pas encore trop tard pour se décider et s’inscrire (sur place) à la première course de VTT de la saison en Valais, une des rares rescapées du circuit cantonal des courses en soirée qui figure encore au calendrier.

C’est vendredi soir 24 mai à la Souste (PDF).

A voir: le Tour du pays de Vaud

La 51e édition de cette épreuve pour les juniors s’élance le jeudi 30 mai sur les routes vaudoises. L’occasion de découvrir les champions de demain sur des itinéraires que vous connaissez peut-être.

L’article sur le site de Vélo Romand (Photo www.tpv.ch)

A suivre: conférence vélo pour tous

  • Le cyclisme pour tous : nouvelle mission de l’UCI et du Tour de France”.

  • Conférence gratuite. Lundi 17 juin 2019 de 18h00 à 21h30

  • Centre Mondial du Cyclisme Chemin de la Mêlée 12, 1860 Aigle

A l’occasion du Kick-off de SportCity où sera dévoilé le thème de l’édition 2020 du congrès, les organisateurs réunissent les deux hommes forts du cyclisme mondial: David Lappartient, président de l’ UCI  et Christian Prud’homme, directeur du  Tour de France.

A cette occasion, ils présenteront les stratégies et objectifs de leurs organisations en matière de développement et de promotion de la pratique du vélo au quotidien. Ces deux organisations souhaitent en effet soutenir et encourager les villes et les régions, accueillant des épreuves cyclistes d’envergure, dans leur démarche de développement du cyclisme pour tous.

Cette conférence sera suivie d’une table ronde, animée par la journaliste Laurence Bolomey. Elle réunira Mme Maléna Bastien Masse, membre du comité de  PRO VELO Région Lausanne  et M. Grégory Devaud, co-président de  Aigle-Martigny 2020 , qui se joindront à MM. Lappartient et Prud’homme pour débattre de cette thématique dans le cadre des championnats du monde Aigle-Martigny et d’une étape du Tour de France.

A voir: encore un peu de peinture?

Après avoir dit du bien du dernier aménagement en ville de Sion , il est temps de revenir à la réalité ailleurs, aussi à Sion d’ailleurs. Un peu partout dans ce canton on pense mettre les cyclistes en sécurité avec de la peinture, entre autres problèmes constatés lors de quelques trajets à vélo…

Lire la suite…

A voir: Danny le baby-sitter

A voir, mais à ne pas faire chez soi. Promis?

A découvrir: l’Ultra Raid de la Meije

Un ami m’en a parlé, je suis allé voir le site, ça avait l’air magnifique, je me suis inscrit. Et j’ai déjà hâte de vous en parler à mon retour en septembre. Là, je vais rouler, je crois qu’il faut que je m’entraîne…

Et si vous voulez faire comme moi: Ultra Raid de La Meije : Raid VTT - MTB  raid bike marathon

A bientôt!

Joakim

Aventure électrique entre Chamonix et Zermatt

La Haute Route à VTT avec un zeste d'assistance.

(Photo Jérémie Carron)

Revisiter l’idée de la Haute Route Chamonix-Zermatt avec le VTT en lui greffant un zeste d’assistance électrique, c’est ce que promet la jeune équipe de e-MTBswissalps. «Nous l’adaptons au VTT électrique en la transformant en une expérience hors du commun à travers les Alpes : un itinéraire de caractère pensé pour l’e-Bike, des panoramas à couper le souffle, des logements de charme», détaillent Maxence Carron et Adrià Mercadé, les instigateurs de cette nouveauté destinée à un «public multigénérationnel ayant une bonne condition physique, un goût pour l’aventure et appréciant la pratique du VTT sur les sentiers».

Lire la suite


Titane ou carbone? Deux vélos efficaces et confortables en test

Le Tour de Romandie est fini et le soleil est de retour... On retiendra la magnifique performance de Simon Pellaud et des autres Suisses et Valaisans, chacun dans son rôle.

Le mauvais temps m’aura aussi permis de revenir sur un peu de matériel testé ce printemps, à Majorque pour un magnifique vélo titane, le Van Nicholas Skeiron, et plus près de chez nous, pour le Specialized Roubaix. Deux vélos assez différents, confortables et efficaces à leur manière.

Bonne lecture!

Bikin'Valais dans votre messagerie

Sans Facebook ni autre "espion". Facile à s'abonner/se désabonner, recevoir, lire, aimer, trier, archiver, jeter...

Bonjour,

Si vous vous recevez ce message par e-mail, c’est que vous êtes abonné aux mises à jour du site bikinvalais.ch et recevez un e-mail à chaque publication (si cela fonctionne bien ;-)

Cette petite alerte automatique va bientôt être désactivée, car la base d’adresses est régulièrement “spamée” et remplie d’adresses étranges, allez savoir pourquoi. De plus, le système est basé sur Jetpack, de Wordpress, qui installe un code de suivi que je ne parviens pas à éliminer. Et je n’aime pas ça (les codes de suivi surtout).

J’ai donc décidé de créer une “vraie” newsletter qui sera diffusée à la place de la notification automatique. Pour les abonnés à cette dernière cela ne changera pas grand-chose, peut-être la fréquence des e-mails sera inférieure vu que je serai assez tenté de regrouper quelques articles avant d’envoyer une newsletter. Si vous souhaitez une notification plus rapide, abonnez-vous au flux RSS avec le lecteur de votre choix.

La page Facebook

Mon compte personnel Facebook a été fermé depuis assez longtemps pour que je ne me souvienne plus de la date. C’était dans la foulée des diverses révélations sur l’utilisation de nos données personnelles, de la culture d’entreprise et de l’ambiance générale que cette plate-forme instaure entre ses utilisateurs. Je n’en voulais plus et je ne m’en porte pas plus mal depuis. Les derniers efforts de l’entreprise pour redorer son blason n’y changent pas grand chose: Facebook gagne sa vie en vous, nous, espionnant.

J’ai gardé un profil pour alimenter la page “Bikin’Valais” tout de même utile pour relayer les publications du blog. Mais cela me pèse toujours d’y aller et d’alimenter malgré moi cette plateforme. J’ai donc décidé de bientôt fermer cette page également, ou de ne plus y poster grand-chose, pour couper définitivement les ponts avec FB un jour.

Il fallait tout de même un moyen pour informer les abonnés qui le souhaitent, sans passer par un flux RSS pourtant diablement pratique, des nouvelles publications de Bikin’Valais. C’est pourquoi je me suis penché sur cette newsletter. Chacun s’y inscrit s’il le souhaite, la reçoit dans sa messagerie électronique, la classe, la lit (ou pas) et se désabonne quand il le souhaite, sans être espionné, traqué et suivi dans sa navigation par Facebook.

Le but n’est évidemment pas de “spammer” les abonnés, mais bien de faire un petit résumé des dernières actualités du site Bikin’valais et d’éventuellement les compléter par d’autres informations que certains auront traitées avant et/ou mieux que moi.

En résumé, cette newsletter vous proposera:

  • Un résumé des derniers articles du blog bikinvalais.ch

  • Des articles complets

  • Une petite sélection subjective d’articles, tweets, vidéos consacrés au vélo en Valais et ailleurs.

On peut commencer tout de suite, avec la réaction de Simon Pellaud après avoir conquis le maillot de meilleur grimpeur du Tour de Romandie au terme de la première étape. La bonne nouvelle du mercredi.

Voilà, j’espère tenir le rythme, mais ne promets rien. Quant à vous, vous ne vous engagez à rien, quitter la liste est aussi facile que de s’y inscrire ;-)

P.S. Cette newsletter est hébergée par Substack, qui peut donc avoir accès à votre adresse e-mail, mais rien d’autre en principe. Substack permet aussi de rendre une partie du contenu payant, mais ce n’est pas dans mes plans actuels ;-)

Loading more posts…